Question sélectionnée n°3
Comorbidité

La co-occurrence d’une maladie psychiatrique et de troubles dus à l’usage de substances, communément appelée comorbidité ou double diagnostic, n’est pas un phénomène nouveau. Toutefois, ces dernières années, cette question a gagné du terrain dans le débat politique et professionnel et il est devenu manifeste qu’un grand nombre de personnes, probablement en augmentation, sont touchés par ce phénomène. Dans ce chapitre, nous nous concentrerons sur la coexistence des troubles psychiatriques et de la personnalité avec la consommation de drogues illicites. En fait, il est souvent approprié de parler de multimorbidité, étant donné que les individus touchés souffrent souvent également de maladies somatiques, par exemple de l’infection par le virus d’immunodéficience humaine (VIH) ou le virus de l’hépatite C, et connaissent des difficultés sociales, tels que des problèmes familiaux, le chômage, l’incarcération ou l’absence de domicile fixe. Les services de soins et de traitement sont généralement mal équipés pour gérer le diagnostic et les besoins de cette catégorie de patients en matière de traitement, et en tiennent pas compte et/ou sont incapables de faire face à l’ensemble des problèmes des patients. Il en résulte souvent une situation de «chassé-croisé» dans laquelle les personnes qui ont un grand besoin de traitement sont orientées de service en service pendant que leur situation se détériore de plus en plus.

Il convient de noter que la relation particulière existant entre l’usage du cannabis et les troubles psychiatriques est analysée de manière plus approfondie dans la question sélectionnée concernant le cannabis.